Trois façons pour vous de gâcher votre saison de chasse au chevreuil

2019-08-21
Trois façons pour vous de gâcher votre saison de chasse au chevreuil

Le rideau ne s’est pas encore levé sur la saison de chasse que vous avez déjà posé des gestes pour assurer votre échec en forêt cet automne. Heureusement, il est encore temps de corriger la situation. Mais peu de temps, à vrai dire. Cependant, c’est en fait assez de temps si vous vous y mettez dès maintenant. Parlons d’abord de ce que vous avez déjà fait (ou non) qui ne peut que mener votre chasse au chevreuil au désastre.

Ne pas vous exercer

Combien de fois tirez-vous à l’arc? Quelle est la dernière fois que vous avez utilisé votre fusil de chasse? Votre excuse est-elle « Mon fusil fonctionnait bien la dernière fois que je l’ai utilisé »? Même si rien n’a changé dans votre préparation, vous devriez traiter votre aventure de chasse comme le président Reagan traitait les Russes : leur faire confiance, mais en vérifiant quand même.

Devez-vous passer toutes vos soirées à tirer des flèches ou des balles? Non. Cela peut-il vous nuire de passer un peu de temps au terrain d’exercice? Encore une fois, non. L’appareil de visée de votre arc finit par être accroché, déplacé; la tourelle de votre lunette de visée, désajustée. Ce que vous voulez éviter à tout prix est de louper l’occasion de tirer sur le buck de votre vie et de le laisser filer, lui qui n’a aucune arme.

Un bon chasseur connaît ses outils. Il les utilise comme prolongement de son corps. Si vous ne prévoyez pas vous assurer que chaque flèche décochée aboutit là où elle devrait et que chaque balle atteint sa cible, vous faites une erreur qui pourrait vous coûter très cher cet automne.

Prospection excessive ou insuffisante

Cet aspect est une lame à double tranchant et peut effectivement donner des résultats désastreux dans les deux cas. À quoi ressemblent les extrêmes?

Jean Faitrot a très, très hâte que la saison de chasse commence. Il vérifie les cartes mémoire de ses caméras tous les trois jours. Il arpente chaque semaine les sentiers à la recherche de traces et il surveille tous les soirs après le souper, à l’aide de ses jumelles, des chevreuils dans la forêt. Il a exploré trois nouveaux sites de miradors cette semaine, et la semaine dernière aussi. Et il prévoit faire la même chose la semaine prochaine. Jean n’est pas en mesure de comprendre pourquoi il voit moins de chevreuils avec ses caméras à l’étape de la prospection. Jean ne réalise pas qu’il en fait trop et qu’il fait fuir les chevreuils.

Luc Sansouci n’est pas inquiet. Il chasse à ce site depuis des années. Les chevreuils utilisent ce sentier. Ils font leur lit ici. Ils se nourrissent là-bas, à cet autre endroit. Tout va bien. Luc ignore que les chevreuils y ont empilé les branches parce que ceux-ci aiment les avoir comme toits pour y dormir. Il ignore aussi que la rotation normale maïs/huile de soya pour le champ qui entoure son site de chasse a connu une récolte de blé inattendue cette année. Luc ne sait pas tout ce qui lui pend au bout du nez, mais le saura à l’ouverture de la saison de chasse, et conclura qu’il aurait dû passer plus de temps à observer ce qui s’y passait.

Ni Jean ni Luc n’ont de grandes chances de tuer un chevreuil cette année, et ce problème était facile à éviter. L’un et l’autre avaient tout simplement besoin de faire preuve d’un peu de modération. Ne soyez pas l’une de ces personnes. Choisissez bien votre site de prospection. Soyez minutieux, mais sans tomber dans l’excès. Si vous avez été très présent sur le site, assurez-vous de lui donner du répit avant le début de la saison.

Vous fier à l’an dernier

Et cela ne s’applique pas seulement à la prospection. Certes, elle est une part importante d’un voyage de chasse. Beaucoup de chasseurs font preuve de complaisance et croient qu’ils connaissent ce que les chevreuils font jour après jour. C’est ce qu’on appelle de la sous-prospection (under-scouting).

Se fier à l’an dernier peut avoir d’autres résultats désastreux et permanents. Beaucoup trop de chasseurs laissent leurs miradors installés à longueur d’année, sans même les vérifier avant le début de la saison. Dans bien des cas, cela n’entraîne aucun problème, mais se fier à ce qui fonctionnait bien l’an dernier peut donner lieu, par exemple, à un mirador soudainement instable lorsque vous y montez à votre premier jour de chasse de l’année – l’une de ses courroies l’attachant à un arbre ayant lâché.

Ne pas vous assurer que les sentiers soient dégagés pourrait occasionner un accident de VTT.

Assumer ce qui se passe en forêt pourrait se traduire par beaucoup plus que des occasions de chasse manquées. Cela pourrait causer votre décès.

Assurez-vous que vous êtes en territoire connu. Que votre matériel et vos sentiers de chasse ont été vérifiés et prêts pour la saison. Un après-midi en forêt pourrait bien sauver votre vie.

Bonne chance

La saison de la chasse est à nos portes. Votre préparation est peut-être adéquate, mais, si vous devez y apporter des ajustements, il est encore temps de réchapper votre saison. Après tout, elle n’a pas encore commencé.